Romain Godest auteur
Romain Godest auteur

Créer un personnage de roman HF #01 : le prince

Table des matières

Le prince est un personnage bien connu de tout lecteur ou auteur de roman d’heroic fantasy. Toutefois, il faut bien distinguer 2 catégories : le prince héritier et le cadet qui vient donc au deuxième rang dans l’ordre de succession. 

Selon moi, les personnages sont vraiment l’essence d’un roman. Ils sont plus importants que l’histoire elle-même. Ce sont eux qui font que les lecteurs s’attachent à un récit et s’évadent réellement. 

Le prince héritier

Le prince et ses parents

Le prince héritier a la caractéristique principale d’avoir des parents. Cela peut paraître surprenant de l’annoncer ainsi. Pourtant dans les romans d’heroic fantasy, on parle très rarement des parents, surtout quand il s’agit d’un héros ou d’un personnage principal.

Très souvent, l’auteur en parle peu. Le récit peut sous-entendre qu’il a des parents, un père ou une mère, mais ils sont rarement évoqués. Les romanciers préfèrent des héros orphelins. Cela permet une identification plus facile pour les lecteurs. Ils procurent évidemment de l’empathie, car nous avons toujours cette pitié pour cette absence parentale. 

L’éducation ou formation qui concerne le prince héritier sont à l’inverse de l’orphelin. Il est dans l’ombre de son père, qui est le roi. De fait, il est forcément soumis à cet écrasement qui fait que son son père aura l’autorité sur lui en permanence. Et c’est un rapport psychologique qui est très intéressant à développer.

Sans tomber dans les complexes œdipien, vous pouvez vraiment créer ce personnage de prince qui aurait cette envie insatiable de plaire à son père, cette envie de faire aussi bien que lui ou de le surpasser. Toutefois si le prince n’aime pas son père, s’il estime qu’il ne gouverne pas avec l’honneur, il pourra être tenté de prendre le contre-pied. À vous alors de créer un anti-roi. 

La psychologie du prince héritier peut être développée en ce sens. 

 

Le prince face à ses responsabilités

Vous avez la possibilité de créer un protagoniste vraiment intéressant et très élaboré. En effet, le prince héritier a conscience des responsabilités qu’il a en tant que futur accédant au trône. Il ne peut pas se comporter comme n’importe qui vis à vis du peuple et des nobles.

Il y aura forcément de grandes attentes même s’il n’est pas encore roi. Si son père est proche de la mort, le peuple et les nobles vont s’intéresser beaucoup plus à lui. Certains vont vouloir s’attirer ses faveurs. C’est quelque chose d’intéressant à exploiter dans un roman. Vous pouvez présenter comment le comment le prince est perçu en tant qu’homme, mais également en tant que futur monarque.

Les responsabilités, il en aura déjà forcément au sein du royaume, mais il en aura d’autant plus par la suite. Son comportement en tant que prince offrira aussi des indices sur sa manière future de gouverner. Et la noblesse, évidemment, adaptera sa position selon ses attentes. 

 

L’émancipation impossible ?

Le troisième point à développer pour la création de votre personnage de prince est son émancipation impossible de sa famille. En effet, il est prince héritier et sera forcément roi. Bien sûr, l’histoire en Europe a prouvé que parfois certains princes décidaient de quitter la monarchie (plus ou moins). C’est arrivé plusieurs fois en Angleterre avec l’oncle de la reine Elisabeth qui avait abdiqué ou encore le prince Harry.

Cela demeure néanmoins extrêmement rare. 

Donc, cette émancipation impossible du prince va vous permettre de développer la complexité de sa psychologie. Là encore, il est forcément amené à être roi et cela peut être écrasant pour lui de ne pas avoir cette liberté de choisir sa vie. 

À l’inverse, si vous décidez dans votre récit d’amener un prince qui décide de s’émanciper, il va falloir être très prudent. Ce sera très intéressant, mais également très complexe. 

S’émanciper dans un royaume a forcément des conséquences. Est ce qu’il sera toujours considéré comme le fils du roi ? Est ce que le roi va l’accepter comment cela va se passer ? Est-ce qu’il va être banni ? Est ce qu’il va s’enfuir tout simplement ? Son acte peut s’apparenter à une désertion.

Donc ce choix que vous ferez sera très intéressant, mais très compliqué à mettre en oeuvre parce qu’il va falloir vraiment justifier l’acte de votre personnage, justifier que le jeu en vaut la chandelle et expliquer pourquoi il le fait. Quel est son objectif ? Est-ce qu’il s’est confié une mission ? Est-ce que c’est tout simplement par amour ? À vous de déterminer la raison et de l’exploiter ensuite pleinement dans votre récit. Son choix devra être au coeur de votre intrigue. 

Quoi qu’il en soit, vous devrez vraiment trouver les mots juste pour prouver que ce n’est pas simplement un caprice. Il ne veut pas gouverner parce qu’il a une mission, parce qu’il a quelque chose de plus grand et de plus important à faire. Le cacher au lecteur peut amener une intrigue captivante, car qu’y a-t-il de plus important que de gouverner un royaume ? 

Vous pourrez également amener comment le prince acceptera le regard des autres sur son émancipation.

Est-ce que ce sera considéré comme de la lâcheté, comme une fuite ? Si c’est en temps de guerre, le peuple pourra considérer qu’il abandonne le peuple. Inspirez-vous de la politique de notre pays. Pendant la crise du Covid, le 1er ministre et d’autres ont saisi l’occasion de quitter le gouvernement. Lorsque quelque chose ne va pas, un membre du gouvernement démissionne souvent. Il va falloir y réfléchir pour que le lecteur n’ait pas une image biaisée de votre prince. Il ne faut pas courir le risque que ce personnage soit mal aimé. Sauf si c’est votre choix. 

 

Les amis du prince

Le dernier point concernant le prince héritier concerne ses relations amicales.

En général, pour un prince, elles vont être du même ordre, c’est à dire que du même niveau. Dans la plupart des cas, dans la vie de tous les jours, nous sommes très souvent avec des amis qui sont dans la même catégorie socio-professionnelle que nous. C’est un triste manque de diversité, mais malheureusement c’est ainsi. 

La vie fait que nous rencontrons des personnes qui sont dans un univers proche du nôtre. C’est très souvent comme ça qu’elles deviennent nos amis. Donc pour le prince, ce sera identique. Il y a de grandes chances que ses amis soient des nobles. Il faut donc définir si cette noblesse sera amis avec lui par intérêt ou réellement. 

En revanche, si votre prince a un ami garçon de cuisine ou de basse naissance, il va falloir là encore justifier pour ne pas juste poser cette relation hors norme pour changer.

Pourquoi le roi tolère la présence d’une telle personne dans l’entourage de son fils. Il ne doit pas y avoir d’ascendant entre les deux amis à moins que ce soit vraiment volontaire.

Le prince cadet

Le prince cadet dans l’ombre du frère

Le deuxième cas de figure, c’est le prince cadet. Il n’est héritier et n’est pas amené à l’être. Du coup, il peut se retrouver très facilement dans l’ombre de son frère. 

Toute l’attention sera portée sur l’héritier, le cadet sera donc laissé un peu en retrait. Il faut donc poser la relation entre les deux frères. Est-ce qu’il va y avoir une relation franche et sincère ? Le plus jeune frère admira ou respectera tout simplement son aîné ? Il peut parfaitement accepter le fait qu’il ne sera pas héritier. 

Ou à l’inverse, est ce qu’il se sent plus apte à gouverner que son aîné qui, dans ce cas là, peut être tout simplement médiocre ? Ou alors, le cadet a une vision biaisée de son frère, car la jalousie le ronge.. 

Quoi qu’il en soit, vous devrez l’expliquer. 

Vous devez avoir un avis tranché sur cette relation pour ne pas laisser le lecteur un peu perplexe. 

 

Créer un personnage de roman libre

Le frère cadet est libre de faire ce qu’il veut. Plus ou moins…

Évidemment, il reste un prince, le fils du roi. Mais n’étant pas l’héritier, il n’est pas soumis aux mêmes conditions. 

Si nous reprenons l’exemple de la famille royale britannique, la reine n’aurait jamais toléré les agissements d’Harry à William. Car l’un est amené à accéder au trône et l’autre non. 

Vous pourrez donc jouer sur la relation affective du roi ou de la reine avec le prince cadet. N’étant pas destiné à gouverner, il profitera certainement d’une éducation plus souple, voire d’un manque d’intérêt complet de ses parents. 

 

Le frère assassin

Le troisième point concerne le cliché du frère assassin. C’est un concept qu’on a vu trop souvent et qui est entendu. Je vous déconseille d’ aller sur cette voie. Ou alors, vous devrez la travailler avec justesse pour justifier pleinement votre décision. C’est donc très complexe à mettre en place. 

Le frère assassin est un stéréotype connu. Si vous faites ce choix, travaillez vraiment autour de ce personnage, ses actes, son passé, sa psychologie et son envie même de tuer son frère. Tuer son frère  ! Répétez-la à haute voix pour bien comprendre la portée du geste. Il s’agit d’assassiner un membre de sa famille, une personne avec qui vous avez certainement joué étant enfant. Soignez chaque détail. 

 

Gouverner un jour…

Le dernier point qui concerne le frère cadet est qu’il peut être subitement amené à gouverner. 

Il s’agit d’un retournement de situation vraiment très intéressant à exploiter. Si le roi meurt et que le frère aîné décide d’abdiquer (ou qu’il meurt lui aussi), le frère cadet se retrouvera à la tête du royaume. Dans ce cas là, vous devrez bien avoir conscience qu’il n’y est pas préparé.

Donc, ses décisions seront différentes de celles de son frère et cela va permettre d’apporter des changements au sein du royaume. Il pourra être complètement dépassé et la noblesse en profitera. Les ministres, un conseil de sages, un Sénat, tous chercheront à tirer avantage de la situation. 

Quoi qu’il en soit, vous devrez avoir préparé psychologiquement le lecteur en présentant la vision du monde du prince cadet. Selon votre choix, cela amènera une tension immédiate ou un soulagement. Vous pourrez déclencher chez le lecteur une émotion forte. Vous pouvez vous inspirer de nouveau de la politique actuelle. Il y a certainement leader de parti que vous ne souhaitez pas voir accéder au pouvoir, certains qui vous font peur. Utilisez cette inquiétude pour créer votre personnage de roman. 

Le peuple devra également ressentir une émotion. Le royaume court à sa perte ou alors il est sauvé ?  Dans tous les cas, vous devrez travailler en amont cette facette de votre personnage pour déclencher une émotion forte chez le lecteur 

De nombreux héros sont orphelins. Pour les autres, les parents sont rarement mentionnés dans le récit. Le prince, lui, est vraiment différent, car il aura toujours ses parents au dessus de lui. Profitez-en pour développer cette relation particulière et la psychologie du personnage. 

N’hésitez pas à échanger avec moi dans les commentaires pour développer davantage le concept du personnage du prince. 

Vous pouvez également vous abonner à ma chaîne Youtube pour découvrir tous mes podcast et vous tenir informer de la sortie de la formation “Auteur Fantasy”. 

 En attendant, je vous dis à très bientôt et écrivez bien.

À propos

Romain

Auteur passionné par l’heroic fantasy, j’aide aujourd’hui les romanciers à écrire leur roman. 

La formation

Découvrez le programme de la formation “Écrire un roman de fantasy”

Les guides d'écriture

Les catégories du blog

Me suivre

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Share This